Depuis que je vends des montres, force est de constater que beaucoup d’amateurs d’horlogerie, confondent ces deux termes : chronographe et chronomètre. Voici quelques lignes pour bien les différencier.

 

Chronomètre

 

Chronomètre de marine

La chronométrie est la mesure précise du temps écoulé. Les travaux sur la chronométrie débutèrent à la fin du XVIIIème siècle. L’enjeu était de concevoir une montre ou une pendule, capable de tenir l’heure pendant de longues périodes. En effet, la longitude, une des deux variables donnant une position sur le globe, se mesure en minute. La seule manière, pour les navires de l’époque, de connaître leur position en mer, était d’avoir un instrument de relevé des astres (Sextant, Octant…) et une montre précise. Une minute correspond (grosso-modo) à un mile nautique. Donc, pour quelques minutes d’écart entre le temps universel et le chronomètre de bord, c’est les rochers et pas l’entrée du port qui attendent le fameux trois mats, fin comme un oiseau.

Suite à de nombreux naufrages causés par de mauvaises estimations de position, les armateurs Britanniques pressèrent les horlogers d’inventer des montres précises et fiables (le parlement Britannique lança même un concours, avec un joli prix à la clef, pour accélérer les choses). En plus, en mer, la houle provoque des accélérations et des décélérations parasites au bon fonctionnement d’une montre. La température, aussi, a tendance à agir directement sur le spiral du balancier, créant ainsi des problèmes de réglage. Le chronomètre de marine vit donc le jour, créé par Harrison, horloger Britannique.

Par la suite, les modèles évolueront pour devenir plus petits. Un chronomètre de marine, tient généralement dans une boîte, soutenu par des cardans qui permettent de le maintenir à l’horizontal et ainsi compenser les effets de gite et de roulis du bateau dans la houle.

Un chronomètre de bord sur cardans Omega

Le chronomètre était la pierre angulaire du navire, contrôlé à chaque escale, un membre d’équipage était préposé à cette montre pour contrôler son fonctionnement et s’assurer qu’elle soit toujours bien remontée. La réserve de marche visible sur le cadran a d’ailleurs été inventée pour les chronomètres de marine. Omega, dans les années 70, utilise la technologie du Quartz pour inventer un chronomètre de marine de poignet. Cette montre, massive, permet un réglage de +/- 1 seconde par mois. C’est encore aujourd’hui la montre de poignet la plus précise, bien qu’aucun horloger ne possède la machine nécessaire à faire le réglage de cette fréquence de quartz.

Un chronomètre de marine portatif, signé Ulysse Nadrin datant de la fin du XIXème siècle

Concours de chronométrie

Par la suite, dans les années 20, la chronométrie fit l’objet de concours, et par ce biais, de grandes avancées virent le jour. De nombreuses marques se concoururent, Zenith et Omega furent plusieurs fois titrées. Les gagnants de ces concours utilisaient cet argument pour faire leurs réclames.

Publicité Omega datant des années 40

La chronométrie est toujours au cœur des préoccupations des horlogers. C’est pourquoi, sur le cadran des Rolex, par exemple, il est presque toujours stipulé : ” Superlative chronometer officially certified”. C’est resté un gage de qualité de fabrication et de conception. Le “Officially certified” vient du fait que les mouvements sont certifiés “chronomètre” par le COSC (Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres) : un organisme indépendant Genevois, qui décerne ce label aux calibres les plus précis du marché. Aujourd’hui, il existe une certification supérieure : le “Master Chronometer”, attestant que la montre est toujours aussi précise dans des conditions de température, de magnétisme et de mouvement plus extrêmes.

 

Chronographe

Chronographe de poche

Du Grec “écrire le temps”, le chronographe est une montre, qui possède une aiguille indépendante, permettant de mesurer un intervalle de temps. Les chronographes sont inventés à la fin du XVIIIème siècle. Mais sous une forme de “compteur”, c’est à dire qu’ils ne servaient qu’à mesurer le temps mais ne donnaient pas l’heure. Les premiers chronographes sont des montres de poche, à l’instar des montres trois aiguilles de la même époque (la fin du XIXème). Ils sont mono-poussoir : le déclenchement, l’arrêt et la remise à zéro se fait sur le même bouton poussoir. Ils sont souvent en or car c’est une montre de grand luxe, avec des mouvements toujours bien finis, se sont des pièces de très grande qualité.

Omega chronographe de poche

Chronographe mono-poussoir Omega des années 1910

 

Chronographes de poignet

  • Les débuts

Au milieux des années 20, les grandes maisons Suisses miniaturisent les mouvements chronographes. Mais ils sont extrêmement chers car fabriqués par Patek Philippe, Longines, (ect). C’est Universal Genève qui démocratise le chronographe de poignet en sortant, en 1934, le mythique “Compur” à deux compteurs, bien meilleur marché, existant en métal chromé, acier ou en or.

Le “Compax” est le premier chronographe à comptabiliser les heures dans un compteur.
  • Chronographe automatique

Dans l’ordre d’apparition des mouvements, le calibre chronographe automatique est l’un des derniers nés. Il est mis en service à la fin des années 60, presque simultanément, par Zenith avec le “El Primero” (il se nomme ainsi car c’est le premier automatique), et Seiko avec le cal.6138 et le “Speedtimer”. Ces deux chronos sortirent avec à peine six mois d’écart. Il s’en fût de peu pour que Zenith ne baptise sa montre “El Secondo”. C’est Rolex qui – à mon sens – a conçu le meilleur calibre chrono-auto : le cal.4130. Très fiable, bien décoré et surtout très fin pour la complication.

Le cal.6138 chronographe automatique de la Seiko “Bullhead”

Dans cette catégorie, le poids lourd est le Valjoux 7750. Le Big Mac. Presque 8mm de hauteur… Il a été produit par Valjoux et ensuite par ETA. Il est toujours beaucoup emboîté aujourd’hui (par Breitling, IWC, ect…)

 

  • Les grossistes de mouvement chronographe

Peu de marques ont développé leur propre calibre de chronographe. C’est très cher et long d’inventer ce type de mouvement. Trois marques ont donc choisi, de développer et de fabriquer, pour qui voulait bien emboîter leur production. Ainsi, Valjoux, Landeron et Venus sont les principaux fabricants de mouvement chronographe. Les marques achetaient ces calibres pour les emboîter, apposant souvent leur signature sur le pont de chrono.

Par exemple : la Navitimer de Breitling fût, pendant 20 ans, équipée d’un Venus 187. La première Daytona de Rolex couvait un Valjoux 72 dans son ventre et puis, par la suite un “El Primero” de Zenith (modifié par Rolex) animait ses aiguilles. Les exemples sont tellement nombreux…

Tissot Seastar Valjoux 7734

Tissot “Seastar” équipé d’un Valjoux 7734 signé sur le pont de chrono

 

L’avantage, aujourd’hui, réside dans la facilité (relative quand même) de trouver des pièces pour ces calibres “génériques”. Ils ont tellement été produits (le Valjoux 22 fût fabriqué de 1914 à 1974) que beaucoup de pièces détachées sont encore trouvables. Les ponts de balanciers, signés de grands noms, sont au centre des spéculations (pour faire, avec de simples mouvements, des produits rares et chers).

 

Aujourd’hui, des montres sont chronomètre ET chronographe. Par exemple : la rolex Daytona et son cal.4130 ou l’Omega Speedmaster et son Cal.9904 à phase de lune.

 

 

Crédit photos : “Omega – Voyage à travers le temps” et collection personnelle.